Dans le paysage des solutions de paiement mobile, celle de Pay In Touch apparaît comme assez singulière. Les caractéristiques et le coût d’acquisition de ce terminal de paiement mobile ne diffèrent guère de ceux des TPV (terminaux de points de vente) mobiles habituels, mais il fonctionne en association avec un smartphone plutôt qu’avec une caisse enregistreuse.

Fonctionnement de Pay In Touch

Le commerçant saisit le montant sur son téléphone et présente le terminal mobile au client, qui procède ensuite comme avec un terminal classique : le client insère sa carte, saisit son code PIN et appuie sur le bouton valider. On peut envoyer un reçu au client par mail, mais également utiliser l’imprimante thermique incorporée.

Le terminal est conforme à la norme EMV et accepte de nombreuse carte bancaire : Visa, Mastercard, American Express et même les cartes japonaises. La transaction est bien sûre entièrement cryptée.

Pour le commerçant, Pay In Touch assure uniquement une fonction d’encaissement des paiements par carte bancaire : l’application installée sur le smartphone ne possède pas de fonction catalogue de produits (c’est également le cas de Monetico du Crédit Mutuel).

L’application permet cependant d’afficher historique des paiements. Il est également possible d’accéder à ses données depuis un ordinateur connecté par Internet si l’on en fait la demande auprès du service client.

Tarifs de Pay In Touch : faible commission mais terminal très onéreux

La tarification est bien plus proche de celle des TPE classique que des autres solutions de paiement mobile. Le terminal coûte 699 € et il faut ajouter à ce coût initial un abonnement de 4,90 € par mois.

En contrepartie la commission par transaction est assez faible, elle dépend des types de cartes utilisées par le client mais s’élève aux alentours de 0,75 % en moyenne, d’après Pay In Touch. Elle comprend une commission d’inter-échange et les frais perçues par la banque intermédiaire Adyen :  « 0,60% pour les cartes de crédit et de  0,06 € pour les cartes de débit ».

CartesCommission par transaction
Maestro0,11 € + 0,25%
V PAY0,10€ + 0,22 %
Mastercard0,05€ + 0,86%
Visa0,04€ + 0,83%
American Express3,95%

Les sommes sont en effet récoltées par Adyen, une société néerlandaise qui a rejoint le groupe GIE cartes bancaires grâce à un partenariat avec Arkéa, filiale du Crédit mutuel, puis reversées sur votre compte deux fois par semaine.

Un montant minimal de transactions par mois exigé

Même s’il est assez facile de s’abonner et de se désabonner à cette offre, elle ne s’adresse qu’à ceux qui sont certains de réaliser un montant minimum de transactions ;

Sur la page des tarifs il est précisé qu’il faut montant minimum mensuel des factures de 20 € par compte marchand mais sur la FAQ de Pay  In Touch, il est précisé que les frais de transaction doivent s’élever à au moins 10 € par mois en moyenne (les frais sont lissés), c’est-à-dire qu’il faut un minimum d’encaissement mensuel d’environ 1300 € avec un taux de commission de 0,75 %.

Nous avons contacté Pay In Touch pour éclaircir ce point, mais n’avons pas (encore) reçu de réponse.

A qui s’adresse Pay In Touch ?

Pay In Touch est une offre indépendante, il n’est pas nécessaire de posséder un compte dans un établissement bancaire particulier. L’offre est avant tout destinée aux entreprises qui cherchent à mettre en place un point de vente mobile (marchés, stands dans un salon, point de vente éphémère etc.), mais les entrepreneurs individuels, les artisans etc. peuvent obtenir une dérogation.

Pay In Touch ne paraît en définitive pas vraiment adapté à ceux qui encaissent peu de paiement par carte bancaire et/ou qui démarrent une activité.

A vrai dire, Pay In Touch ne nous a pas fait une très bonne impression, ne serait-ce que par les informations contradictoires affichées sur son site. Il serait peut-être plus sage pour le moment d’envisager d’utiliser des solutions issues de société plus connues et mieux implantées comme iZettle et SumUp.