Le terme le plus répandu est «TPE virtuel», mais si votre interlocuteur fronce les sourcils, vous pouvez préférer «terminal de paiement virtuel».

Donnons tout d’abord la définition la plus simple possible de ces deux synonymes :

Terminal de paiement virtuel
TPE virtuel
Logiciel permettant à un commerçant d’entrer manuellement les données de carte bancaire d’un client, en vue du règlement d’une transaction.

On ne peut donc pas parler de TPE virtuel lorsque le client entre lui-même les informations sur un module de paiement en ligne.

Les terminaux virtuels sont utilisés lorsque le client n’est pas présent, par exemple, lors d’une commande par téléphone.

Un terminal virtuel peut utiliser une interface web ou être installés sur un terminal physique.

TPE virtuel utilisant une interface web

C’est le terminal virtuel auquel on pense le plus souvent. Il consiste en une simple zone de saisie présente sur une page web. C’est une sorte de TPE en ligne.

Il peut s’agir de logiciels uniquement destinés à ce but, qui ne nécessitent pas de posséder préalablement un site de commerce en ligne.

Exemple : les terminaux virtuels de myPOS ou SumUp, ou encore PayPal, des sociétés qui commercialisent différents moyens d’encaissement dont des terminaux physiques.

Image : PayZen

Utilisation de PayZen en mode manuel

Utilisation du module de paiement de PayZen en mode TPE virtuel.

On peut aussi utiliser certaines plateformes de paiement présentes sur les sites d’E-commerce, si celles-ci disposent d’une option VPC (Vente par Correspondance). Dans ce cas le, commerçant débloque le module de paiement classique pour le basculer en mode manuel.

C’est par exemple possible avec le module de paiement de PayZen, ou celui de Monetico Paiement, du Crédit Mutuel- CIC.

TPE virtuel intégré à un terminal physique

Cela peut étonner, mais un terminal de paiement physique de type Ingenico ou Verifone peut être utilisé pour réaliser une vente à distance.

Image : Ingenico

Utilisation d'un terminal virtuel avec un TPE Ingenico

Le TPE, ici Ingenico, indique aux commerçant la marche à suivre.

Il faudra télécharger un logiciel spécialisé sur l’appareil :

– Soit le logiciel VAD (Vente à distance),

– Soit le logiciel PLBS (Paiement Pour la Location de Biens et Services), utilisé pour les accepter une caution par carte bancaire.

L’utilisation est très simple, le commerçant n’a qu’à suivre les indications affichées sur l’écran du TPE.

Pour pouvoir utiliser un tel logiciel il faut signer contrat spécifique avec votre banque, si vous passez par elle pour louer votre terminal de paiement.

Autre solution : s’adresser à un acteur indépendant des banques comme Smile&Pay, dont le Maxi Smile, qui est disponible l’achat, peut fonctionner en mode VAD.

À quoi sert un terminal de paiement virtuel ?

Il trouve surtout son utilité dans le cadre des commandes passées par téléphone (Telephone Order ou TO) : pour réserver une chambre d’hôtel, pour souscrire à un abonnement, pour payer une caution.

Il peut également être utilisé pour recevoir des commandes par email (Mail Order ou MO) : pour commander un produit par catalogue. Cette solution est peu utilisée en France.

Les TPE virtuels sont parfois appelés terminaux MOTO puisqu’ils peuvent accepter des commandes par mail ou téléphone.

En raison du risque de fraude, les commissions sur les paiements sont plus élevées avec les terminaux virtuels qu’avec les terminaux physiques et les modules de paiement en ligne.