Notre note(4.5/5)
Caisse tactile performante pour la restauration.
L’Addition est une solution matérielle et logicielle pensée et conçue pour le secteur de la restauration, éditée par la société bordelaise Adstellam. Elle facilite aussi bien l’activité du personnel en salle que les opérations de comptabilité et gestion.
  • Les plus : Application complète et intuitive. Nombreux réglages. Certification LNE. Matériel de très bonne qualité. Société françaises avec des représentants dans les grandes villes.

  • Les moins : Tarification opaque. Investissement élevé.

  • Achetez si : Vous recherchez une solution performante. Vous êtes capable d’évaluer le retour sur investissement.

Qu’est-ce que l’Addition ?

En bref : L’Addition est une caisse tactile pour iPad dédiée au secteur de la restauration, créée en 2012.

Son éditeur, la société Adstellam, qui est basé à Bordeaux, revendique la première place sur le marché des cafés, hôtels et restaurants, avec plus de 8000 clients. L’Addition est également présente en Suisse, en Belgique, au Luxembourg, et en Espagne.

Public visé : il ne se limite pas aux restaurants, puisque le logiciel est adapté également aux bars, cafés, salons de thé, food trucks, etc.

L’Addition est capable de gérer l’essentiel de l’activité d’un restaurant :

  • Réservation et placement
  • Prise de commande et encaissement
  • Communication avec la cuisine
  • Gestion des stocks de produits
  • Comptabilité et statistiques

Pour la gestion des approvisionnements (fournisseurs, stocks de matières premières, rentabilité, etc.), l’Addition a noué des partenariats avec Barratio, Easilys, Netresto et Adoria.

L’Addition est constituée de :

  • Une partie logicielle certifiée conforme à la loi sur les caisses enregistreuse par le LNE, Le Laboratoire National de Métrologie et d’Essais (Application iOS, et interface web)
  • Une partie matérielle adaptée à chaque restaurant

Le matériel : le choix d’Apple

Les terminaux utilisés en salle sont uniquement de marque Apple ; l’application ne fonctionne pas sous Android.

Pourquoi ce choix de la marque à la pomme? Pour une question de fiabilité, comme l’a rappelé Sébastien Constant, le fondateur de l’Addition dans notre interview. En 2015, L’Addition a été la première société française à rejoindre le Mobility Partner Program d’Apple.

Tous les appareils mobiles Apple peuvent être utilisés avec L’Addition : iPads Pro, iPads, iPad minis, iPhones et iPod Touch.

En ce qui concerne le matériel de caisse supplémentaire, L’Addition s’appuie également sur de grands marques : Epson, pour les imprimantes et Verifone pour les terminaux de paiement. Le restaurateur pourra aussi se procurer un tiroir-caisse, des douchettes et un afficheur client.

Une caisse qui fonctionne même sans Internet

L’Addition est une caisse tactile fonctionnant en local et dans le Cloud. L’Addition, est en effet capable de fonctionner sans connexion à Internet, ce qui est très pratique en cas de coupure ou si vous utilisez le logiciel hors-réseau, comme par exemple dans un food-truck.

Dans un restaurant relié à Internet, les données sont envoyées également sur les serveurs de L’Addition et sont donc consultables depuis n’importe où par le gérant du restaurant.

Schéma de fonctionnement de l'Addition

Grâce au routeur les appareils sont synchronisés localement. Image : L’Addition.

Pas besoin d’un serveur local, comme dans le cas de la solution concurrente Lightspeed Restaurant ; ici les appareils se synchronisent automatiquement en communiquant par l’intermédiaire du routeur et de la borne Wifi.

Il est possible d’utiliser une caisse unique, utilisées par plusieurs membres du personnel, ou bien de fournir à chacun d’eux un appareil mobile Apple, leur permettant d’effectuer toutes les opérations de commande et d’encaissement. L’interface des iPods est simplifiée par rapport à celle des iPads.

Tarifs : dans la fourchette haute

Il n’est pas possible de donner d’indications tarifaires officielles, car L’Addition ne souhaite pas communique pas sur le sujet. La raison avancée est que chaque restaurant est différent et que chaque configuration est donc différente. Il vous faudra donc contacter l’Addition et demander un devis gratuit pour connaître le prix exact de la configuration qui vous convient.

Cela dit, nous allons tenter de renseigner nos lecteurs. Il est en effet possible de se faire une idée du coût du matériel et du logiciel, car L’Addition est également commercialisé par Metro, ce qui est un peu contradictoire avec les arguments avancés plus haut , mais passons. Voici donc quelques exemples de prix :

Matériel Prix HT
iPad 32 Go et socle 568 €
iPad Mini 128 Go et coque 491 €
Imprimante EPSON TM-m30 285 €
Imprimante de cuisine Tech Five 263 €
Support pour iPad 161 €
Tiroir caisse 120-130 €
Borne réseau Wifi pro Unify 540 €

La borne est requise pour faciliter la connexion entre les appareils dans les établissement s de grande taille.

Sur le site de Metro, le logiciel (licence annuelle) est vendu 1327 € HT soit 110 €/mois pour la version monoposte, ce qui est au-dessus de ce que propose la concurrence (40 € pour Popina, 60 € pour Lightspeed et 79 € pour Tiller).

Pour utiliser le logiciel sur plusieurs postes, il faut ajouter 1930 € HT soit 161 € HT/mois, pour un total de 270 € HT/mois.

Apparemment, il faut payer également pour l’interface de reporting (203 € HT), la formation téléphonique (224 € HT) et le chargement complet de la carte dans le logiciel (224 € HT).

Plusieurs packs sont disponibles :

Achat Matériel + 1 an d’abonnement Prix HT
Pack M – iPad Mini 128 Go, imprimante 2090 €
Pack L – iPad Air 32 Go, imprimante 1800 €
Pack XL – iPAd 32 Go, 2 iPod, imprimante 4700 €
Pack XXL – iPad Pro, 2 iPad Mini, imprimante 5800 €

Parmi les terminaux Verifone compatibles, le modèle le plus récent est le V240m Wifi ; il est vendu environ 350 € HT

Les prix négociés avec les commerciaux de L’Addition seront possiblement différents. L’idée à retenir est que le prix varie fortement d’une configuration à l’autre et que l’investissement peut être élevé. Il est donc impératif de choisir la configuration optimale en fonction de son chiffre d’affaire et de l’organisation de son restaurant, d’où l’intérêt de demander un devis plutôt que d’opter pour une solution toute faite. Ce qui n’empêche pas, à notre avis, une certaine transparence sur les prix, qui fait hélas défaut.

Interface intuitive

Le meilleur moyen de se familiariser avec l’application est de tester la version gratuite. Celle-ci permet de piloter avec le niveau de permission « administrateur » un restaurant virtuel, composé de deux étages d’un bar et d’une terrasse, animée par une équipe de quatre personnes.

Écran d'accueil de lL'Addition

L’écran d’accueil de L’Addition est épurée. Copie d’écran d’iPad: Mobile Transaction.

Pour chaque étage ou zone du restaurant, identifié par un code couleur, on visualise instantanément le nombre de clients et le nombre d’encaissements à finaliser. En bas de l’écran on voit le nombre total d’encaissement restant et le nombre de tables occupées.

Les menus principaux sont facilement accessibles et identifiable grâce aux icônes situées sur la droite. La flèche qui se trouve en haut à droite est un raccourci très pratique et sur lequel on peut cliquer à tout moment, vers une fenêtre regroupant les fonctions les plus importantes de l’application, qui se superpose à l’écran existant.

Nous verrons plus loin d’autres copies d’écran de l’application effectuées sur un iPad, mais disons tout de suite que l’interface est très intuitive et qu’il suffit d’une demi-heure pour comprendre son fonctionnement.

Option d’ergonomie intéressante à signaler : la possibilité de basculer en mode gaucher. L’écran est inversé pour que le serveur puisse tenir l’iPad de sa main droite et utiliser sa main gauche pour interagir avec application.

Utilisation de L’Addition en salle

Le plan de salle : pour chaque espace ou étage, on peut savoir quelles sont les tables occupées, par combien de personnes, quel client a réservé la table, quel serveur gère la commande, combien d’ordre ont été envoyés en cuisine – et depuis combien de temps -, et enfin quel est le montant à encaisser, lorsque le client a demandé l’addition.

Plan de salle du logiciel L'Addition

Les tables en gris sur le plan de salle sont inoccupées. Copie d’écran : MT.

Les réservations : elles peuvent être ajoutées manuellement par le personnel si le client réserve par téléphone (en utilisant au besoin la base de client existante) ou bien par l’intermédiaire d’un outil de réservation en ligne comme ZenChef, GuestOnline, la Fourchette ou encore le nouveau module de réservation de L’Addition. L’envoi dun message de confirmation au client par SMS ou e-mail pet se faire directement depuis l’interface de réservation.

Une fois que le client est arrivé, on l’affecte à la bonne table en cliquant sur le bouton « placer ». Cela peut aussi se faire avant son arrivée, sans ouvrir la commande. Un code couleur et une icône permettent de visualiser rapidement l’état de la réservation (contacté, confirmé, arrivé, placé, etc.).

L'interface de réservation de L'Addition

Toutes les informations essentielles sur les réservations sont regroupées sur un seul écran. Copie d’écran : MT.

Prise de Commande : La commande peut être segmentée pour des envois automatiques à la cuisine dans l’ordre, par exemple entrée, plat, dessert. Les plats et les boissons préenregistrées sont regroupées dans des catégories aisément identifiables par des icônes colorées. Un numéro indique l’état du stock lorsque c’est nécessaire, par exemple pour les bouteilles de vin.

Lorsque le serveur clique sur le nom d’un plat, des options apparaissent immédiatement : cuisson et accompagnements d’une viande ou ingrédients à ajouter/retirer d’une pizza, par exemple. Si le plat fait partie d’une formule, l’application le signale automatiquement.

Écran de commande de L'Addition

Le serveur peut tout faire ou presque depuis l’écran de commande. Copie d’écran  : MT.

Autres options : une commande peut recevoir une étiquette « anniversaire, VIP, ou Urgent », qui sera visible en cuisine.  La commande peut aussi être transférée à un autre serveur, ou à une autre table ; si la commande devient « à emporter », la TVA est automatiquement modifiée.

Quand le ticket a été envoyé par mail ou imprimé, cela est signalé par icône en forme de ticket de caisse visible sur l’écran de commande et d’encaissement ou sur le plan de salle.

Encaissement : l’envoi ou l’impression du ticket ouvre automatiquement l’écran d’encaissement. Le serveur peut aussi réaliser un « encaissement flash » sans ticket, depuis l’écran de commande, si cela est autorisé par l’administrateur. Il est possible de cumuler divers modes de paiement (carte bancaire, chèque, espèces, etc.) et même d’éditer des tickets partiels pour chacun des convives.

S’il s’agit d’un client régulier, on peut ajouter un solde débiteur à son compte pour un encaissement ultérieur, qui est visible sur l’écran de gestion de la clientèle. La fermeture de la commande se fait automatiquement quand le montant total est encaissé, mais on peut aussi le faire manuellement en utilisant le menu « Action ».

Écran d'encaissement de L'Addition

Édition d’un ticket partiel pour l’un des quatre convives. Copie d’écran : MT.

Tableaux : Pour aider les gérants ou les responsables de salles avoir une vision d’ensemble de l’activité du restaurant un moment donné, l’application L’Addition comporte deux raccourcis très pratiques au bas de l’écran d’accueil pour afficher la liste des commandes en cours et la liste des tables disponibles. Ces tableaux sont très complets et disposent d’option de tri. Dommage que les étiquettes « anniversaire ou urgent » ne soient pas visibles sur ces écrans.

Rappel : à tout moment, on peut disposer de la liste des commandes en cours en cliquant sur la flèche située en à haut droite de l’application, sous une forme abrégée.

Configuration de L’Addition

Toutes ces fonctions sont regroupées dans le menu « Réglage ».

Fonctions de caisse : comme elles sont utilisées tous les jours, elles sont regroupées en tête de la section réglage. Notons la possibilité de visualiser et d’imprimer un X de caisse pour chaque employé.
Avant de clore le service le gérant peut vérifier rapidement qu’il n’y a plus de commandes ouvertes et qu’un ticket de caisse a bien été généré pour chaque commande fermée.

Menu réglages de L'Addition, sous-menu Cloture le service

Réglages de la carte : Rien n’est figé puisque l’on peut créer plusieurs cartes et autant de plats ou catégories (entrée, salades, desserts, etc.) que l’on veut avec 120 icônes et 20 couleurs au choix au choix, avec la possibilité d’exclure certaines catégories ou plats de certaines salles. Les même possibilité de personnalisation se retrouvent au niveau de la création des menus (menu enfant, par exemple) et des suppléments ou degrés de cuisson.

À chaque plat on associera un nom, une catégorie, un taux de TVA, des suppléments, l’ordre d’envoi à la cuisine (direct pour les entrées, 1 pour les plats, 2 pour les desserts), un ou plusieurs prix en fonction de l’emplacement (comptoir, terrasse, à emporter) et même un code barres.

Catégories de prix : Par exemple, « Happy Hour ».  Les réglages sont un peu longs à mettre en place, puisqu’il faut décider de l’heure, de la zone du restaurant concernée, du jour, mais surtout configurer les variations de prix pour chaque catégorie de produit. Heureusement, on peut copier ces réglages à partir d’une catégorie de prix déjà existantes.

Stocks : Le menu correspondant est intitulé « gestion des quantités ». Il ne s’agit pas de la gestion des stocks de matières premières, mais des produits stockés pour être vendu au client, par exemple des bouteilles de vin ou des plats préparés à l’avance.

Chaque produit dispose d’un seuil d’alerte personnalisé en cas de baisse du stock. On peut ajuster manuellement les quantités et les types d’entrée et sortie des stocks (achat, péremption, etc.). S’il s’agit du plat du jour, un mouvement automatique de sortie des stocks est généré à chaque fin de service. Si le plat est épuisé en cours de service, le serveur ne peut plus le commander.

Comment faire, si les clients boivent le vin au verre ? L’Addition a résolu le problème en proposant de fixer manuellement un ratio, en fonction de la dimension des verres, par exemple six verres pour une bouteille : quand six verres d’une même bouteille sont vendus, une unité est décomptée du stock.

L'Addition, édition des quantités

L’écran de gestion des quantités. Copie d’écran : MT.

Plan de salle : Pour chaque salle, dont le nombre n’est pas limité, on indique si le service se fait à la table au comptoir. Si le service se fait à la table, on utilise le mode édition pour créer son plan de salle, qui est une opération assez ludique : il suffit de cliquer sur un emplacement vide, et de choisir une catégorie (décoration ou table) ; dans le deuxième cas on choisira la forme de la table (carrés, rondes ou rectangulaires) et on lui associera un nom au numéro et un nombre de couverts.

Chaque salle a son propre code couleur et dispose de ses propres options : encaissement après ticket ou encaissement flash, saisie du nombre de couverts, sur place ou à emporter, etc.

Personnalisation de l’application : les type de paiement, le taux de TVA et les remises peuvent bien évidemment être modifiés. Mais la « customisation » va beaucoup plus loin avec par exemple la transformation automatique du trop perçu en pourboire, la possibilité de permettre au serveurs de de fixer un prix libre, ou de modifier un menu.

La gestion de l’impression des tickets (client et cuisine) est assez complexe, en raison du haut niveau de personnalisation. L’impression des tickets de caisse peut en effet être paramétrée avec une vingtaines de réglages différents. Le gérant peut ensuite ajouter autant de lieux d’impression ou« point de fabrication » (par exemple la cuisine) qu’il le souhaite, avec une trentaine de réglages possibles.

Droits des utilisateurs : Chaque utilisateur est affecté à une catégorie possédant différents droits : administrateur, responsable de salle et serveurs. Pour chaque catégorie, il est possible de régler très finement les permissions au niveau notamment de la prise de commande, de l’encaissement, de la gestion des comptes clients et de la salle. L’accès à l’application est verrouillé par un schéma, un chiffre, ou un QR code.

Gestion et comptabilité

Ces opérations ne sont pas accessibles sur l’application, mais sur une interface web, qui offre un accès aisé à tous les chiffres clés, comme le chiffre d’affaires (globale ou par employé), aux données comptables, exportables sur Excel, et aux données concernant les ventes. Si vous gérez plusieurs établissements, l’addition est capable de fusionner les données provenant de tous les établissements, pour vous donner une vue d’ensemble de l’activité.

La personnalisation des vues est très poussée : on peut créer des familles de produits et les comparer entre elles pour mieux comprendre l’activité du restaurant et savoir quels produits ou familles de produits se vendent le mieux.

Comme les données sont sauvegardées dans le Cloud, vous ne risquez pas les perdre si l’un de vos appareils est endommagé. Vous pourrez accéder à toutes vos données, même si elle remontent à plusieurs années, et savoir exactement comment s’est déroulée l’activité de votre restaurant tel jour ou telle heure.

L'additio en situation au restaurants Les Cuivres à Paris

L’Addition en situation, au restaurant « Les Cuivres » à Paris. Photo : L’Addition.

Verdict

Côté employé, l’application est intuitive et maîtrisable assez rapidement. Côté gérant, il va falloir se plonger dans les menus de réglages, mais c’est le prix à payer pour une application aussi riche. Comme l’interface est bien pensée y-compris du côté back-office, cela n’est pas non plus la mer à boire. L’Addition offre une hotline gratuite, et des commerciaux sont présents dans les grandes villes françaises pour vous aider dans votre projet.

Petit bémol : l’interface nous a semblé un peu austère, avec des couleurs assez mornes en contradiction avec le logo rouge vif de l’Addition, mais ces couleurs sont bien contrastées sans être visuellement fatigantes.

Nous regrettons surtout l’absence de communication sur les prix qui rend plus difficile la comparaison entre les différentes solutions durant la phase de prospection, même si l’Addition a de bonnes raisons de procéder ainsi. D’après les prix relevés sur le site Métro, l’investissement peut être important et nécessite donc une étude et évaluation sérieuse du rapport coût/bénéfices.

Au final on peut dire que mis à part l’approvisionnement, l’Addition permet de contrôler efficacement chaque étape de l’activité d’un restaurant, de la réservation à l’encaissement, en diminuant drastiquement le risque d’erreur ou d’oubli, et en réduisant les déplacements inutiles. Une telle solution est très rassurante pour le personnel et pour le manager.