• à gauche un smartphone, à droite lecteur Monetico
> Lecteurs de carte > Avis > Monetico Mobile, l’offre de paiement mobile du CIC et du Crédit Mutuel

Monetico Mobile, l’offre de paiement mobile du CIC et du Crédit Mutuel

Par Emmanuel Charpentier|2019-01-14T16:38:31+00:0028 septembre 2015|Mots-clés : , |

Face à l’offensive de start-up dynamiques comme iZettle, qui se déploient à l’international, les grandes banques françaises se devaient de réagir en proposant à leur tour un lecteur de carte bancaire portable connecté à un smartphone. Monetico Mobile est né d’une coopération entre le CIC et le Crédit Mutuel, un poids-lourd des transactions dématérialisées. Saura-t-il faire face à la concurrence ?

Monetico Mobile a été conçu pour les professionnels en situation de mobilité qui souhaitent accepter les règlements par carte bancaire : taxi, commerçants, artisans, vendeurs à domicile, professions libérales etc. Il peut également servir de solution d’appoint aux commerçants qui disposent d’un point de vente classique mais doivent se rendre sur un salon, une foire etc.

Comment encaisser un paiement avec Monetico Mobile ?

Credit: Bigstockphoto / Defotoberg

Credit: Bigstockphoto / Defotoberg

En ce qui concerne les paiements, le fonctionnement de Monetico Mobile est similaire à celui de ses concurrents internationaux : le commerçant saisit le montant (maximum 1500 €) sur l’application mobile de son smartphone (ou de sa tablette), lequel communique avec le terminal Monetico grâce à une connexion Bluetooth. Le client insère ensuite sa carte et saisit son code, puis retire sa carte après validation de la transaction par la banque.

Le commerçant peut ensuite saisir le numéro de téléphone ou l’email du client pour lui faire parvenir un reçu électronique. Il n’est pas possible pour l’instant d’utiliser une imprimante. Les professionnels peuvent accéder à tout moment à l’historique de leurs transactions en passant par une interface web.

Une application dotée de peu de fonctionnalités

Monetico Mobile n’est pas une solution de gestion de point de vente mais a été conçu uniquement comme moyen de paiement.

Monetico ne permet pas d’afficher un catalogue de produits, contrairement à iZettle par exemple, ou encore moins de gérer des stocks. Il ne constitue donc pas une solution idéale pour un petit commerçant qui recherche une solution tout-en-un.

Atouts de monetico : l’acceptation de toutes les cartes Visa et Mastercard, un service client 24/7 et la notoriété du CIC et du Crédit Mutuel qui est de nature à rassurer les clients qui se méfient des solutions de paiement mobile.

Une commission faible mais un abonnement malheureusement obligatoire

La tarification de Monetico Mobile diffère de celle d‘iZettle, Smile & Pay et SumUp puisque le terminal n’est pas proposé à la vente mais à la location, au tarif maximal de 9,90 euros HT par mois.  Attention, le tarif est dégressif et varie en fonction du volume de transactions. En contrepartie de cet abonnement, la commission sur les ventes n’est que de 1 %.

Face à la concurrence

Monetico Mobile est une solution sérieuse et 100 % française, mais saura-t-elle faire face à la concurrence ? Sa simplicité est une force et une faiblesse.

Les fonctionnalités sont limitées, ce qui augmente comparativement le coût de l’offre quand on la compare à celle de la concurrence. Le coût de l’abonnement fait que ceux qui ont un faible volume de ventes, comme les saisonniers, seront plutôt enclins à se tourner vers les concurrents qui n’imposent pas de frais mensuels fixes.

Monetico souffre également d’une communication opaque (les tarifs ne figurent pas sur les sites internets, nous n’avons pas pu obtenir de détails sur les variations de prix de l’abonnement, et le standard téléphonique est saturé) et d’une commercialisation un peu dépassée surtout si on la compare à celle des concurrents comme iZettle, Smile & Pay ou SumUp.

En réalité Monetico Mobile n’est pas commercialisé par le site du même nom, mais directement par le Crédit Mutuel et le CIC. Il vous faudra donc prendre rendez-vous avec un conseiller, puis vous rendre dans une agence bancaire pour signer un contrat. On est loin de la simplicité proposée par les acteurs internationaux cités plus haut, à laquelle aspirent de plus en plus les entrepreneurs.