Pour vous procurer un TPE, vous aurez le choix entre les banques, les monéticiens indépendants et les fintechs.

Il n’y a pas si longtemps, les commerçants qui voulaient obtenir un terminal de paiement n’avaient pas d’autre choix que faire la demande à leur banque.

Celle-ci examine leur demande, fixe un taux de commission non connu à l’avance, et fait signer un contrat de domiciliation bancaire. Ensuite, il faut choisir l’un des terminaux proposés par la banque ou un monéticien partenaire, et s’engager sur une durée de 24 à 48 mois.

Certains monéticiens indépendants se sont adressés directement aux entrepreneurs pour leur proposer une alternative plus souple : engagement moins contraignant, achat possible du terminal.

On doit cependant toujours passer par sa banque pour recevoir la carte de domiciliation.

Sommaire

Avec contrat de domiciliation bancaire:
Les offres des banques
Les offres des monéticiens
Sans contrat de domiciliation bancaire:
Les offres des fintechs

Enfin depuis quelques années on a vu fleurir des solutions encore plus abordables, issues de fintechs. Ces jeunes sociétés très dynamiques ont conçu une offre moderne et accessible basée sur les besoins des petits entrepreneurs.

Meilleur terminal de paiement

LIRE AUSSI :

Les meilleurs offres de terminal de paiement

La solution traditionnelle : louer un terminal à sa banque

Si vous possédez un compte bancaire professionnel, votre banque vous proposera certainement une offre tout-en-un comprenant la location d’un terminal de paiement. C’est la solution la plus courante, mais pas nécessairement la plus simple, car elle comprend de nombreuses étapes.

1re étape obligatoire : obtenir une carte de domiciliation bancaire

La carte de domiciliation bancaire contient un code qui permet de configurer le terminal de paiement. Elle est délivrée par les banques aux clients professionnels, après acceptation du dossier et signature d’un contrat monétique. Le délai est d’une à quatre semaines.

Lors du processus d’obtention, vous devez négocier le montant de la «commission commerçant» avec votre banquier, c’est-à-dire le taux de la commission qui sera prélevée par la banque à chaque fois que vous encaisserez un paiement par carte bancaire.

2e étape : la location du matériel

Votre banque vous proposera de louer un terminal soit directement, soit par l’intermédiaire d’un sous-traitant. Ces contrats de location sont généralement des contrats longue durée, de 36 à 48 mois.

Exemple de service : Tépéo+ de la BNP, qui offre le choix entre un paramétrage et une assistance sur place ou en ligne.

3e étape : l’abonnement à une passerelle pour le flux monétique

Ce flux transite par l’ADSL ou le GPRS. Quelques fournisseurs : Accord, Lyra, IPEO, Bouygues, Orange, SFR, etc. Pour 250 transactions par mois, cela revient à environ 20 € pour le GPRS et 10 € pour l’ADSL (en plus de l’abonnement à la box).

Attention, si vous passez par un opérateur téléphonique, seul le réseau de cet opérateur sera fonctionnel, ce qui peut être un désavantage surtout si vous êtes un commerçant mobile. Sachez que certains loueurs vous proposent des passerelles GPRS multiopérateurs.

La location d’un terminal coûte de 30 à 80 € HT/mois, en fonction des options de maintenance et de dépannage.

S’y ajoutent souvent des frais d’ouverture ou de modification du contrat, et éventuellement des frais de licence pour le logiciel.

Concernant les commissions, les offres des banques sont généralement assez opaques. La commission interbancaire de paiement est assez faible (autour de 0,3 %), mais malheureusement, les banques facturent «à la tête du client» ce qu’on appelle la «commission commerçants», qui varie de 0,5 à 3 %. Cette commission est inversement proportionnelle au chiffre d’affaires et au talent de négociateur du commerçant.

Terminal de paiement mobile Ingenico

Ce terminal mobile Ingenico est très présent dans les offres des banques.

Pour les faibles chiffres d’affaires : Achetez à votre banque un mini TPE fonctionnant avec un mobile et une application

Ces offres comportent l’achat d’un petit lecteur de carte bancaire qui fonctionne en association avec une application installée sur un smartphone ou une tablette. Ils ne sont pas conçus pour fonctionner en synchronisation avec un logiciel de caisse, contrairement aux terminaux de type Ingenico ou Verifone.

Exemples d’offre : Monetico du Crédit Mutuel, Dilizi de BPCE, Mobo Mobile de la BNP, Up2Pay du Crédit Agricole.

Les terminaux coûtent entre 95 et 99 €. La commission est soit fixe, soit variable en fonction du chiffre d’affaires, et devrait se situer autour de 2 %, d’après nos relevés. La plupart du temps, il n’y a pas d’abonnement supplémentaire et dans le cas contraire, la commission est plus faible.

Ces offres manquent globalement de transparence par rapport à celle des fintechs, en ce qui concerne les frais de transaction.

Avantages des offres des banques

  • Terminaux de grandes marques (Ingenico ou Verifone)

  • Intégration facilitée avec de nombreuses solutions de caisse

Inconvénients

  • Contrats compliqués. Engagement sur une longue durée

  • Les tarifs ne sont généralement pas transparents et doivent être négociés avec la banque

  • Les mini terminaux avec smartphone sont souvent moins performants que ceux des fintechs

Autre possibilité : louer ou acheter un terminal chez un monéticien

Dans la plupart des cas il faudra obtenir une carte de domiciliation bancaire auprès de sa banque avant de passer à la suite.

Différence importante : le monéticien prend en charge le matériel et la passerelle monétique, c’est-à-dire la transmission des données aux banques par le réseau CB, Visa ou Mastercard.

Il existe de nombreuses sociétés spécialisées dans la commercialisation de TPE, comme Allo TPE, Accord, AVEO, Synalcom etc. Elles effectueront la plupart du temps le paramétrage initial et, systématiquement dans le cade d’une location,  la maintenance du terminal. Pour information : on peut trouver des terminaux Ingenico sur Amazon.fr, y compris ceux qui acceptent les cartes vitales. En réalité, ces terminaux ne sont pas juste vendus nus, mais commercialisés par des sociétés qui gèrent également le flux monétique.

Contrairement aux banques, qui ne proposent sauf exception que des offres longue durée, parfois sur 2 ou 3 ans,  ces sociétés offrent souvent le choix entre différentes durées de location, ce qui peut se révéler intéressant notamment si vous avez une activité saisonnière.

Les tarifs de location longue durée sont comparables à ceux des banques, soit 30 à 80 € HT/mois.

À l’achat, comptez entre 500 et 600 € HT pour un modèle mobile d’une grande marque comme Ingenico.

La «commission commerçant» sera prélevée par votre banque au taux que vous aurez négocié avec celle-ci. Pour connaître à l’avance le taux de commission, il vaut mieux se tourner vers les offres des fintechs, qui sont beaucoup plus transparentes, ou vers certains mini-TPE commercialisés par les banques.

Avantages des offres des monéticiens

  • Possibilité de louer un TPE pour une courte période

  • Délais de livraison généralement plus courts que chez les banques

  • Intégration facilitée avec de nombreuses solutions de caisse

Inconvénients

  • Plus compliqué à mettre en place que les offres des banques et des fintechs

  • Il faut quand même négocier la commission avec sa banque

Les solutions tout-en-un des fintechs pour acheter ou louer son terminal

Abordons maintenant des offres totalement indépendantes des banques.

Les solutions offertes par les fintechs sont de plus en plus populaires, car elles sont compatibles avec n’importe quel compte bancaire pro, rapides à mettre en place et avec des tarifs généralement transparents.

Ces offres constituent la manière la plus simple de se procurer un terminal de paiement.

Elles sont proposées par des sociétés comme SumUp, Zettle, Smile and Pay, myPOS si vous préférez acheter votre terminal ou Yavin, si vous souhaitez le louer.

Ce sont des offres tout-en-un, car tout est pris en charge comme lorsque l’on passe par sa banque. En effet,ces sociétés s’occupent du matériel, de la passerelle de paiement, de l’encaissement et du virement vers votre compte bancaire.

La procédure d’inscription est simplifiée par rapport aux banques. Vous n’avez pas à vous déplacer, tout se fait en ligne. Le terminal est livré en quelques jours. Comme il n’est pas nécessaire d’obtenir une domiciliation bancaire préalable, on signe habituellement en une seule fois pour l’achat ou la location du lecteur et les modalités d’encaissement.

Beaucoup d’offres sont sans engagement ou abonnement. Ce n’est pas toujours le cas. Par exemple, Smile and Pay propose des taux réduits si vous vous prenez un abonnement, mais ce n’est pas obligatoire .

En ce qui concerne le matériel, on trouve aussi bien des terminaux classiques que des petits appareils couplés avec des smartphones, qui ne coûtent que quelques dizaines d’euros

Image : SumUp

SumUp Air et smartphone

Le petit SumUp Air ne coûte que 15 € HT. Il doit se connecter à une app et un mobile.

Image : Mobile Transaction

Terminal Maxi Smile

Le rapport qualité-prix de ce Maxi Smile Wifi/3G et imprimante est intéressant : 229 € HT.

Les commissions monétiques sont généralement connues d’avance et sont plus intéressantes que celles des banques pour les petits entrepreneurs. Exemple 1,75 % pour SumUp et Zettle sur toutes les cartes ou même 1,65 % sur les cartes françaises avec Smile and Pay.

Les moyens de paiement acceptés sont souvent plus nombreux que lorsque l’on passe par une banque. En effet, ces fintechs négocient à l’avance des contrats qui vous permettent d’accepter directement des cartes étrangères comme American Express ou les cartes chinoises et japonaises UnionPay et JCB.

Si vous avez besoin d’accepter des moyens de paiement spécifique à la France comme les titres restaurant ou bien d’accepter des cautions et des paiements plusieurs fois, il faudra se tourner vers les acteurs français comme Smile and Pay (achat) et Yavin (location).

Autre intérêt de ces fintechs : leurs passerelles de paiement peuvent fonctionner également pour accepter des paiement par lien, envoyer des factures, faire du commerce en ligne, etc. L’étendue des services varie d’une offre à l’autre.

Avantages des offres des fintechs

  • Inscription et commande en ligne

  • Commssions transparentes

  • Nombreuses offre sans abonnement ou engagement

  • Coût d’acquisition réduit

  • Accès à des services annexes : liens de paiement, factures, e-commerce

Inconvénients

  • Tous les terminaux ne sont pas compatibles avec les systèmes de caisse

  • Pas de terminaux Ingenico ou Verifone

Où se procurer son TPE ? Les critères à prendre en compte

Les petits entrepreneurs sont souvent sensibles à l’absence d’engagement, car ils souhaitent pouvoir changer de solutions s’ils trouvent mieux ailleurs, sans avoir de comptes à rendre ou de pénalité à payer. Il n’existe pas de terminal de paiement sans frais, mais certains sont sans abonnement, avec des contrats faciles à résilier, du côté des monéticiens indépendants et surtout des fintechs.

Si c’est le nombre de moyens de paiement acceptés par défaut que vous privilégiez, les solutions proposées par les fintechs sont bien placées, car elles en acceptent de très nombreux par défaut.

Les commerçants qui disposent déjà d’un logiciel de caisse pourront privilégier la compatibilité de celui-ci avec le terminal pour éviter la double saisie, et préférer l’offre des banques ou des monéticiens, qui proposent des lecteurs standards. Du côté des fintechs, les modèles de Smile and Pay et Yavin sont également compatibles.

Si votre chiffre d’affaires est élevé, vous êtes en bonne position pour négocier avec votre banque et une « commission commerçant » intéressante. Si c’est l’inverse, les fintechs sont un meilleur choix.