Comment se mettre rapidement à la vente en ligne ?

C’est une question cruciale à l’heure actuelle, à cause de la crise du coronavirus : la plupart des commerçants ont fermé boutique et leur chiffre d’affaires est malheureusement réduit à néant.

Vendre en ligne est la solution pour écouler ses stocks pendant le confinement. En temps normal, c’est un bon moyen d’augmenter son chiffre d’affaires.

Il y a de nombreuses manières de se mettre à la vente en ligne, et la bonne nouvelle c’est qu’on peut démarrer une activité de vente en ligne en une journée ou quelques jours, en fonction de la méthode choisie.

Voici comment procéder :

Choisissez les produits que vous allez vendre

Commencez avec une sélection réduite d’articles. Vous ajouterez les autres plus tard.

Le panier d’une vente en ligne n’est pas forcément le même que pour une vente en face-à-face ; il peut être intéressant de contacter quelques amis et clients, afin de leur demander ce qu’ils souhaiteraient acheter.

Une fois que vous aurez déterminé votre grille tarifaire pour l’expédition, vous vous rendrez compte que la vente de certains articles n’est pas rentable. Retirez-les de votre catalogue.

La méthode la plus simple pour vendre en ligne

Commencez par réaliser un catalogue de produit basique,  pour mettre à la disposition de vos clients la liste des produits à la vente.

Il peut s’agir :

  • D’une feuille de papier écrite à la main, scannée ou même faxée
  • D’un texte à envoyer par e-mail
  • D’un PDF à envoyer par mail
  • D’une simple page internet

Pour encaisser les paiements à distance, la méthode la plus simple repose sur l’utilisation des liens de paiement. Il s’agit généralement d’une URL à usage unique que vous communiquez à votre client par e-mail ou SMS, et qui le dirigera vers une page de paiement.

Pour pouvoir créer ce type de lien, il faut s’inscrire sur un site web ou une application comme iZettle ou Lydia. Voici à quoi ressemble la page de paiement de l’application Lydia Pro :

Image : Lydia

Liens de paiement Lydia

Le paiement par chèques n’est pas conseillé durant la période actuelle de confinement. Cela prendra trop de temps, et vous obligera de vous rendre à votre banque.

Pour en savoir plus, lire notre article sur les meilleurs services de liens de paiement.

Choisissez un transporteur

Il vaut mieux y réfléchir dès le début, car cela vous permettra de déterminer votre grille tarifaire pour l’expédition.

Le plus simple est de commencer avec La Poste :

  • Lettre standard, suivie ou recommandée pour les petits envois de moins de 3 cm d’épaisseur
  • Colissimo ou Chronopost (en bureau de poste ou relais Shop2Shop) pour les envois plus volumineux

Il n’est pas possible d’utiliser les points relais (Relais-Colis, Kiala, So Colissimo,etc.) pendant l’épidémie de Coronavirus, mais c’est une option simple à mettre en place en temps normal, si vous disposez d’un point de collecte à proximité de votre local professionnel. Attention, certains produits ne pourront pas être expédiés par ce moyen (bijoux, accessoires de véhicules, etc).

Si vous n’avez pas le temps de vous rendre dans un bureau de poste ou un point-relais, sachez que Chronopost et UPS proposent l’enlèvement des colis à la demande.

Déterminez la grille tarifaire pour l’expédition

Tarification unique : par exemple 10 € pour tous les envois. Cette solution est pratique pour une commande effectuée sur le web, si vous n’utilisez pas de logiciels pour calculer le prix lors de la commande. Cela suppose qu’il n’y ait pas de trop gros écarts de volume et de poids.

Gratuité des frais de livraison : votre client ne sait pas que vous répercutez les coûts d’expédition sur les prix, donc pourquoi ne pas utiliser cet argument marketing séduisant?

Prix calculés en fonction du poids :  vous pouvez tout calculer vous-même et ajouter manuellement le prix pour chaque article ou bien configurer votre logiciel de commerce en ligne pour qu’il calcule les frais en fonction du poids de chaque article. Sur certains logiciels d’e-commerce des modules (pour Colissimo, UPS, etc.) font le calcul automatiquement en fonction du transporteur choisi par le client.

Pour aller plus loin et maximiser vos vente, il va falloir mettre en valeur vos produits et utiliser les plateformes web les plus adaptées à votre situation :

Créez un catalogue de produits efficace

Pour démarrer rapidement, un liste simplifiée  suffit, mais pour aller plus loin et profiter pleinement des outils de vente en ligne, il vous faut au préalable créer un vrai catalogue de produit, qui vous sera utile quelle que soit la plateforme utilisée.

Rédigez les fiches produit

Si vous utilisez des plateformes de vente en ligne, ces fiches doivent être complètes (référence, poids, description) et contenir les bons mots clés.  Ces fiches produit pourront être utilisées sur plusieurs plateformes (Marketplace, boutique en ligne, réseau social, etc.)

Vous pouvez vous inspirer de ce qui se pratique sur Amazon, qui est une plateforme très concurrentielle.

N’oubliez pas de mettre en avant les bénéfices de votre produit (avoir l’air cool, être en bonne santé, etc.) avant les caractéristiques (matière, poids, spécifications technologiques, etc.).

Prenez des photos

Si vous ne connaissez rien à la photo et ne disposez pas d’un appareil correct de type reflex, utilisez votre téléphone portable dans un environnement où la lumière est stable, idéalement votre magasin s’il est bien éclairé, ou près de la fenêtre lors d’une journée nuageuse.  Évitez la lumière directe du soleil, cela créera des contrastes trop forts.

Les objectifs grand angle des portables déforment les lignes. Placez votre appareil à angle droit par rapport à l’objet pour minimiser cet effet. Utilisez l’objectif portrait de votre iPhone le cas échéant, cela déformera moins la perspective.

Pour les petits objets vous pourrez vous procurer ultérieurement une boite à lumière avec fond blanc et éclairage incorporée. Ce n’est pas la solution la plus versatile mais c’est la moins coûteuse et c’est très facile à utiliser.

Photographie d'articles pour la vente en ligne

Vous pouvez utiliser la lumière naturelle pour vos photos si vous évitez la lumière directe du soleil. 

Utilisez le web pour vendre en ligne

Commençons par la méthode la plus évidente : les boutiques en ligne.

Les boutiques en ligne

Par ordre de difficulté croissante :

Pour mettre en place très rapidement une boutique en ligne, les plateformes les plus connues sont Wix (dès 17 €/mois) ou Squarespace (17 € par mois avec 3 % de frais ou 24 €/mois sans frais.

WiziShop est une plateforme française payante qui veut concurrencer Shopify, grâce à ses outils marketing et un large choix de moyens de paiements et de transporteurs. La commission est de 2 % sur les ventes avec l’abonnement standard à 27 €. Pour en savoir plus, lisez notre Avis sur WiziShop.

Shopify est une référence dans le monde. C’est un choix sûr, mais coûteux. L’abonnement Basic coûte 27 $. Il  faudra ajouter les frais de commission variable en fonction de la passerelle monétique choisie. Les modules Colissimo et Chronopost sont payants et ne sont accessibles qu’avec l’abonnement à 299 €/mois.  Pour en savoir plus, lisez notre Avis sur Shopify.

Si vous disposez déjà d’un site WordPress.org, le plugin  WooCommerce est un incontournable. Il est gratuit. Si vous ne disposez pas encore d’un site WordPress, cela prendra trop de temps à mettre en place.

Nous ne re recommandons pas Prestashop pour les débutants bien qu’il s’agisse d’un logiciel français gratuit. Vous devrez l’installer sur votre propre hébergement web, comme un site WordPress et faire appel à des prestataires pour le personnaliser.

PlateformeAbonnementLien
Wix 17-35 €/mois
Squarespace17-36 €/mois
WiziShop27-297 € /mois
Shopify29-299 $/mois
WooCommerceGratuit*
TarifLien
Wix 17-35 €/mois
Squarespace17-36 €/mois
WiziShop27-297 € /mois
Shopify29-299 $/mois
Woo CommerceGratuit*
PrestashopGratuit*

(*) WooCommerce/Wordpress et Prestashop sont gratuits, mais vous devrez prendre en charge vous même l’hébergement web et le nom de domaine (7-8 €/mois, en hébergement partagé pour un petit site).

Vous pouvez aussi vous contenter d’une simple page HTML avec la liste de vos articles et votre téléphone votre e-mail, mais il ne s’agit pas vraiment d’une boutique en ligne.

Dans tous les cas, nous vous conseillons d’acheter votre propre nom de domaine, avec une extension en .fr par exemple monsite.fr, chez un registrar comme Gandi ou OVH, cela ne vous coûtera environ 15 € HT/an.

Site de vente en ligne sur mobile

N’oubliez pas de tester votre site sur différentes tailles d’écran dont les mobiles !

Les boutiques Amazon

Ces boutiques virtuelles vous permettront de vendre vos articles sur Amazon, même si vous expédiez vous-même vos produits.

Il existe deux types de compte : Basic et Pro. La version Basic est rapide à mettre en place. Amazon prélèvera 0,99 € par article plus port. Attention, ne vendez qu’en France, si vous ne disposez pas encore d’un numéro de TVA intracommunautaire.

La version Pro supprime les frais par article mais exige un abonnement de 39 € HT par mois. Elle permet d’accéder à l’option « expédié par Amazon », mais cela vous prendra plus d’une journée pour mettre ce système en place.

Les autre sites de commerce en ligne

Amazon est une bonne place de marché ou marketplace, mais n’oubliez pas qu’il en existe d’autres, comme Rue du Commerce, Rakuten, CDiscount…

Contrairement à Amazon ces plateformes ont le défaut de ne proposer que des formules avec abonnement qui démarrent autour des 40 € HT, donc pas forcément la meilleure solution, si l’on n’est pas confiant dans le développement de son activité en ligne.

Les boutiques Facebook

Cette méthode est plus efficace si vous disposez déjà d’une page Facebook avec une forte audience.

Pour l’internaute, la boutique est accessible depuis l’onglet de votre page Facebook. Vous pourrez créer un catalogue de produits avec le prix de chaque article.

Attention, lorsque vous créez la boutique, vous devez décider si le bouton qui sert à payer mettra simplement en contact avec vous, ou le redirigera vers un site externe, en l’occurrence votre site de commerce en ligne.

Si le bouton de la boutique sert uniquement à la prise de contact, vous pourrez choisir de paiement qui vous convient : chèques, liens de paiement, virement, etc.

Les plateformes de livraison pour restaurateurs

Il s’agit d’Uber Eats, Deliveroo, Takeaway … Ces applications proposent désormais la « livraison sans contact », ce qui signifie que le livreur déposera le repas sur le pas de la porte.

Attention, ces applications prélèvent de 30 à 40 % HT sur chaque commande. Pensez éventuellement augmenter vos prix.

Communiquez !

Tous les moyens sont bons pour faire savoir à vos clients et prospects que vous pratiquez désormais la vente en ligne.

Commencez par mettre à jour votre page Google My Business, et à ajouter le lien vers l’adresse de votre boutique en ligne ou de votre site web nouvellement créé.

Pour communiquer vous pouvez utiliser des méthodes gratuites…

  • Envoi d’un e-mail à une liste de diffusion basée sur votre base de donnée clients
  • Publication de photos ou vidéos sur les réseaux sociaux
  • Appel de vos clients par téléphone
  • Affichage d’une pancarte dans votre vitrine/magasin

… ou payantes :

  • Publicités dans les moteurs de recherche (Google et Bing)
  • Publicité sur réseaux sociaux qui correspondent à votre public.
  • E-mails publicitaires (à manier avec précaution) en utilisant une base de donnée payante

Si vous venez de créer une boutique internet en ligne, celle-ci sera très mal référencée par les moteurs de recherche, vous ne pourrez donc pas compter sur le traffic passif ; c’est pourquoi il est indispensable d’être pro-actif quand on démarre son activité de vente en ligne.