Les paiements par QR code sont l’un des trois moyens de paiement mobile pouvant être utilisés dans un commerce, avec les cartes bancaires et les smartphones utilisant le mode sans contact.

Cette méthode de paiement est très populaire en Asie, notamment en Chine, car elle a permis à des millions de commerçants d’accéder aux paiements digitaux à peu de frais, c’est-à-dire à l’aide d’un simple smartphone.

En France le contexte n’est pas le même, et les QR codes ne sont pas aussi répandus. Il est toutefois utile de savoir comment ils fonctionnent et quelles solutions sont présentes dans notre pays, que l’on soit commerçant ou client.

Méthode n°1 : le commerçant scanne le QR code du client

C’est le mode de paiement par QR code le plus répandu en France.

Il a été popularisé par la société Lydia et repris par Lyf Pay.

Le client et le commerçant doivent tous les deux posséder un appareil hébergeant l’application de paiement, en général un smartphone. Le commerçant utilise la version pro de l’application et le client la version pour particuliers.

QR code avec deux smartphones

Ici, le commerçant scanne le QR code sur le smartphone du client avec son smartphone.

En pratique, avec deux appareils mobiles:

  1. Le commerçant lance l’application pro et tape le montant.
  2. Le client lance de son côté l’application pour particulier qui affiche un QR code.
  3. Le commerçant scanne le QR code du client.
  4. Le client valide le paiement.

Le commerçant n’est pas obligé d’utiliser un smartphone pour scanner le QR code. Si son système de caisse le permet il pourra installer l’application de paiement et utiliser un scanner de QR code (douchette 2D).

Pour information, sachez que la caisse pour iPad Tiller est compatible avec Lydia et Lyf Pay.

Scan d'un QR code avec une douchette

Le commerçant peut aussi utiliser une douchette pour scanner les QR codes.

En Chine les leaders sont Alipay et WeChat Pay. Si votre commerce est situé en France, vous pouvez également utiliser ces deux plateformes pour fidéliser la clientèle chinoise : il vous faudra passer par BNP Paribas ou SilkPay, une société spécialisée dans le paiement mobile à destination des touristes chinois, ou plus simplement par Yavin, une société qui facilite la location des terminaux de paiement.

Méthode n°2 : le client scanne le QR code du commerçant

Cette méthode n’est pas populaire en France, pourtant c’est celle qui offre le plus de possibilités.

En effet, à l’aide de son smartphone, le client pourra scanner le QR code affiché sur :

  • Un terminal de point de vente,
  • Un écran d’ordinateur, pour de la vente en ligne,
  • Ou tout simplement sur un support papier.

Les leaders dans ce domaine sont là aussi les Chinois Alipay et WeChat Pay, qui proposent donc les deux méthodes.

Les Français sont en retard sur d’autres pays. Près de chez nous, par exemple, nos amis Belges peuvent payer dans les magasins en scannant le QR code qui apparaît sur le terminal de paiement du commerçant avec l’application Payconiq. Ils peuvent aussi payer leurs factures papier de la même façon.

Depuis peu SumUp utilise les QR codes en option pour ses liens de paiement, mais il n’ s’agit que d’une simple URL qui redirige vers une page de paiement.

Scan d'un QR code sur une étiquette

Le QR code est utilisable sur de nombreux support. Ici il permet de payer directement une consommation.

L’avenir incertain du paiement par QR code en France

En raison de la présence massive des terminaux de paiement dans les commerces français, la première méthode de paiement par QR code – dans laquelle le commerçant scanne le code du client – ne présente pas d’intérêt technique particulier et devrait rester marginale sauf dans les zones accueillant des touristes étrangers qui ont l’habitude de ce moyen de paiement.

En dehors des zones touristiques, le taux de commissions de Lydia pour les paiements avec QR code (0,7 %) intéressera de nombreux petits commerçants qui n’ont pas un volume d’encaissement suffisant pour descendre en dessous des 1 % de transactions avec leurs lecteurs de carte bancaire.

Donc, même si ce mode de paiement ne représente qu’une faible part des transactions réalisées, les commerçants français ont donc tout de même intérêt à adopter les QR codes en tant que moyen de paiement additionnel.

La seconde méthode de paiement – dans laquelle le client scanne le code du commerçant – présente en plus grand potentiel, même si l’on ne tient pas compte d’AliPay et WeChat Pay.

Supermarché sans caisses où le client scanne les QR codes des produits lui-même, promotions flash dans les enseignes ou sur internet… les possibilités sont nombreuses. L’avenir du paiement par QR code dépendra vraisemblablement de l’inventivité des commerçants et des marketers.